ligue
fede

Un rapport chiffre le coût des discriminations

France Stratégie (organisme de réflexion, d’expertise et de concertation) a rendu public en septembre un rapport intitulé « Le coût économique des discriminations ». Jusqu’alors politique et morale, son approche est originale et se concentre sur le marché du travail...

L’entreprise est le lieu où les discriminations sont les plus pénalisantes car l’accès impartial à l’emploi conditionne l’intégration sociale, c’est-­--à-­--dire l’accès au logement, aux soins... Plus de la moitié des dossiers de réclamations déposés auprès du Défenseur des droits concernent en effet l’emploi.

L’apport du rapport réside dans l’évaluation du coût des discriminations. Il est présenté sous l’aspect de gains macroéconomiques : « À l’échelle de l’économie, une réduction des discriminations sur le marché du travail revient à une augmentation de la population active ».

Selon France Stratégie, un nouveau point d’équilibre pourrait être atteint dans lequel « l’emploi est moins rémunéré en moyenne mais mieux partagé (gain pour les discriminés) et où le niveau de production est plus élevé (gain cf). La population de référence est perdante à court terme, au sens où son salaire baisse sans que son taux d’emploi augmente ».

France Stratégie tente également d’évaluer le gain pour les entreprises et pour les finances publiques. L’ensemble de ce coût des discriminations, ou de gains si elles étaient éradiquées, fait l’objet d’une tentative d’évaluation globale. Les chiffres sont impressionnants. Au final, la réduction des écarts de taux d’emploi et d’accès aux postes élevés entre population de référence et populations discriminées permettrait un gain de près de 7 % du PIB (150 milliards d’euros).

Pour aller plus loin :

  • L’article « Réduire les discriminations, augmenter la population active ? » consacré au rapport à paraître dans le prochain Idées en mouvement
  • Le rapport dans son intégralité sur www.strategie.gouv.fr