ligue
fede

Assemblée générale 2011

La Ligue de l'enseignement de la Dordogne a tenu son assemblée générale le 30 avril dernier à Cornille devant des adhérents et représentants d'associations affiliées.

>>> pdf Rapport moral de la Présidente
>>> pdf Rapport d'activités 2010
>>> pdf Rapport financier 2010

COMPTE-RENDU DE MANIFESTATION : UNE A.G. REUSSIE, UNE ACTION PLEBISCITEE

Près de 90 personnes étaient réunies samedi dernier, 30 avril, à Cornille, pour l’Assemblée Générale annuelle de la Ligue de l’enseignement de la Dordogne. Notre fédération d’éducation populaire affilie dans notre département près de 360 associations locales et 19000 membres, répartis dans 221 communes de la Dordogne.

Accueillie chaleureusement par Marinette Dutheil, Maire de Cornille, et son adjoint, l’assemblée générale a permis à Renée Simon, Présidente, et à Jean-Luc Sanvicens, Secrétaire Général, de revenir sur l’année écoulée.

La Présidente Renée Simon, dans un rapport moral, s’est d’abord félicitée, d’un point de vue interne, d’une année riche en actions et en partenariats, et équilibrée sur le plan économique. Puis elle est revenue avec force et conviction sur le contexte national, de la crise financière, économique et sociale. Dénonçant les écarts salariaux qui se creusent comme la destruction du service public d’Education, elle a regretté également l’absence de reconnaissance du mouvement associatif pour son rôle essentiel dans la société, dans sa capacité à donner « le goût du vivre ensemble ». Elle a également, avec vigueur, dénoncé l’instrumentalisation actuelle de la valeur de laïcité, rappelant que « jamais, dans aucun dictionnaire, le mot laïcité n’a été synonyme d’islamophobie ! ».

Citant tour à tour Paul Delevoye, médiateur de la République, dans son rapport au Président de la République « « Jamais le découragement et la lassitude n’ont été aussi grands, jamais l’engagement individuel et collectif n’a été aussi nécessaire…», puis Stéphane Hessel, qui a écrit : « Indignez-vous » puis «Engagez-vous», elle a resitué l’action de la fédération dans ce contexte. Elle a conclu en faisant référence au Manifeste de la Ligue de l’enseignement « Faire  ociété ! », qui débute de la façon suivante : « Vivre les uns avec les autres suppose de redonner à chacun confiance en lui-même, confiance en l’autre et confiance dans les cadres collectifs qui protègent et émancipent ».

Une intervention de la Présidente et un rapport moral très fortement applaudis par toute l’assistance.

Le Secrétaire Général, Jean-Luc Sanvicens, a ensuite présenté un rapport d’activités détaillé, balayant tour à tour, dans un rapport intitulé « 2010 : une année de développement », les différentes actions menées par la fédération. Il a mis l’accent avant tout sur les nouveautés et les spécificités de l’année, tant l’activité de cette fédération est diverse, sur de nombreux champs d’intervention.

Ainsi, en tant que Fédération d’associations, la Ligue de l’enseignement anime un centre de ressources départemental de développement de la vie associative. Il  s’est renforcé en 2010 par la création d’un centre de ressources en ligne, très complet, sur Internet, qui remporte beaucoup de succès si on juge par sa fréquentation en constante augmentation. Un centre de ressources dont bénéficie notamment les 170 associations sportives du secteur sportif UFOLEP de la fédération.

Le Secrétaire Général a également cité les nombreuses actions menées par la Ligue de l’enseignement, cette fois en tant qu’association éducative complémentaire de l’enseignement public, telles que la diffusion de spectacle vivant auprès des élèves, l’action « Lire et Faire Lire » pour lesquels il a remercié les nombreux bénévoles (107 dans tout le département) qui la porte, mais aussi l’organisation et l’accueil de séjours éducatifs comme les classes de découvertes, les actions d’éducation à la citoyenneté et celle de son secteur sportif scolaire USEP, dont les effectifs, avec 2500 jeunes licenciés, sont également en augmentation.

Poursuivant sa description des missions de la fédération, il a ensuite abordé le travail effectué par la Ligue de l’enseignement de la Dordogne en tant cette fois qu’acteur du et des territoires et en tant qu’entreprise de l’économie sociale et solidaire, statut qu’elle revendique et dont elle assure la promotion. C’est cette fois notamment dans le domaine de la formation et de l’insertion, des technologies de l’information et de la communication mais aussi du tourisme social, familial ou éducatif, que la fédération mène de nombreuses actions sur le territoire départemental.

Il a enfin conclu en revenant sur le rôle de mouvement d’idées, mouvement de citoyens, la quatrième mission que cette fédération se donne et met en oeuvre. Il a ainsi décrit les nombreuses prises de position et mobilisations de l’année, sur les questions de société, pour cette fédération qui contribue activement à divers collectifs d’organisation, et qui participe notamment à travers une lettre de diffusion électronique régulière, très lue et à laquelle on peut s’abonner, au débat social et à l’information des citoyens.

Un rapport d’activités également applaudi, et adopté à l’unanimité, comme le sera ensuite le rapport financier, qui présentait un bon résultat de l’exercice et un bilan montrant une situation saine, rapport présenté par le Trésorier Jean-Philippe Laval. Les divers invités intervenant en tribune, Bernard Criner en tant que Vice-président  national de la Ligue de l’enseignement, et le Vice-président du Conseil Général Armand Zaccaron, se sont tour à tour félicités de l’action menée par la fédération et de la bonne santé que ces différents rapports montraient, remerciant les dirigeants et les équipes salariées et bénévoles pour leur travail.

Ils ont cependant également partagé l'inquiétude de la fédération pour les années à venir. Notamment sur les baisses de financement de l’Etat (14 % en 2011 pour la fédération départementale), traduisant la remise en cause de politiques publiques fondamentales, mais aussi sur les conséquences de la réforme des collectivités territoriales envisagée, qui prévoit si elle devait effectivement être mise en oeuvre, la remise en cause de leurs compétences en lien avec la vie associative.