ligue
fede

Sauvons les centres de vacances

enfants-vacancesAlors que les séjours de l’été 2012 se préparent, et que les inscriptions battent leur plein, le devenir des centres de vacances inquiète tous ceux, dont nous sommes, pour qui les vacances collectives d’enfants et de jeunes (les « colos ») contribuent au droit aux vacances et constituent un temps éducatif irremplaçable.
Nous aurons en effet à interpeller, dès leurs élections, nos parlementaires nouvellement élus et nos sénateurs sur la question de l’avenir de ces séjours de vacances...

En effet, même dans le contexte de la crise économique et sociale que nous traversons et subissons, la question du Droit aux vacances, quand on sait que 3 enfants sur dix en sont exclus dans notre pays, soit plus de trois millions d’enfants et d’adolescents, n’est pas anodine. Face à la crise, les vacances sont souvent un des premiers sacrifices opérés. Or, les vacances sont un droit fondamental et représentent un temps de pause et d’émancipation indispensable pour l’éducation de nos jeunes. Pourtant, dans un contexte déjà fragile, l’évolution de la législation a conduit, en 2012, à faire remettre en cause le statut des jeunes animateurs (les « monos ») et directeurs qui encadrent les séjours de vacances collectives d’enfants, de jeunes, et d’adultes en situation de handicap…

L’application du droit du travail général, malgré quelques aménagements apportés, reste inappropriée et met en danger à termes, non seulement l’équilibre économique des organisateurs de séjours, mais aussi et peut-être surtout l’esprit même qui a permis, depuis des décennies, à de jeunes adultes de consacrer une partie de leur propres vacances pour la consacrer aux vacances et à l’éducation de plus jeunes.

L’encadrement d’un séjour de vacances a été de tout temps une expérience inégalable, dans le parcours personnel et civique de jeunes adultes : souvent premières prises de responsabilité, premières expériences d’implication au sein d’une équipe, premières découvertes souvent de la mixité sociale, de la relation adulte-enfant, parfois premières occasions de prendre position, de proposer, de se confronter aussi. Mais encore terrain de découvertes, d’expériences vécues, de créativité, de respect des autres, de l’estime de soi, à travers l’encadrement de temps d’activités sportives, culturelles, artistiques, touristiques, de temps de vie quotidienne et d’aide à l’acquisition de l’autonomie.

Voilà ce qu’est, pour nous, l’engagement volontaire d’un(e) jeune adulte dans l’encadrement des séjours que nous organisons.

Pas de nostalgie, mais tous ceux qui ont grandi et se sont grandis dans cet environnement, savent ce qu’ils doivent à cette expérience dans la construction de leur personnalité, et parfois de l’orientation de leur parcours de vie.

Pas de nostalgie, mais un modèle de jeune militant de l’Education Populaire à défendre, à soutenir, à promouvoir, dans les enjeux actuels, pour 200 000 jeunes concernés par an par le Contrat d’Engagement Educatif.

La création d’un véritable statut du volontariat de l’animation est une nécessité, et une urgence.

>>> pdfPour en savoir plus