ligue
fede

L'emploi et la jeunesse au coeur des échanges de la CPCA avec le Président de la République

cpcaFrançois Hollande a reçu, vendredi 19 juillet matin, la Conférence Permanente des Coordinations Associatives (dont la Ligue est l'une des composantes), en présence de Valérie Fourneyron. La CPCA a présenté ses propositions pour l’emploi, la jeunesse et la qualité des partenariats entre l’Etat et la société civile...
L’emploi est la première des priorités. Les associations emploient près de 2 millions de salariés. Leurs représentants ont proposé au Président un pacte intra-générationnel alliant un jeune très qualifié et un jeune peu qualifié pour inventer les services à forte utilité sociale de demain. Les conditions d'un meilleur recours à l’apprentissage ont également été évoquées.

Le développement du service civique représente un autre enjeu prioritaire. Les représentants associatifs ont émis des propositions concrètes pour assurer sa montée en puissance, malgré les contraintes budgétaires.

Les représentants associatifs ont eu confirmation que le projet de loi sur l’économie sociale et solidaire comporterait une définition de la subvention, sans laquelle le rôle des associations tend à se réduire à celui de prestataires concurrents pour l’attribution de marchés publics. Ils ont promu les conventions pluriannuelles d’objectif comme instrument d’un partenariat plus respectueux et efficace, favorisant le développement d’activités durables. La nécessité de sécuriser le régime fiscal du don a également été rappelée.

La CPCA s’est exprimée sur les conséquences du Crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi (CICE) pour les associations. Elle a demandé que la loi de finances 2014 corrige les dispositions qui avantagent le secteur privé lucratif lorsqu’il vient concurrencer les activités associatives.

A l'écoute, le Président de la République a conclu l’entretien en donnant rendez-vous à la CPCA dans un an pour évaluer l’avancée des chantiers communs. 

16 organisations nationales (Animafac, Cadecs, L'esper, Celavar, Cnl-Caff, Cnajep, Cnosf, Cofac, Consofrance, Coordination Sud, Fonda, Coordination justice Droits de l'Homme, Ligue de l'enseignement, Unaf, Unat, Uniopss) et 20 CPCA régionales composent la Conférence Permanente des Coordinations Associatives.

François Hollande a reçu, vendredi 19 juillet matin, la Conférence permanente des coordinations associatives, en présence de Valérie Fourneyron. La CPCA a présenté ses propositions pour l’emploi, la jeunesse et la qualité des partenariats entre l’Etat et la société civile.

L’emploi est la première des priorités. Les associations emploient près de 2 millions de salariés. Leurs représentants ont proposé au Président un pacte intra-générationnel alliant un jeune très qualifié et un jeune peu qualifié pour inventer les services à forte utilité sociale de demain. Les conditions d'un meilleur recours à l’apprentissage ont également été évoquées.

Le développement du service civique représente un autre enjeu prioritaire. Les représentants associatifs ont émis des propositions concrètes pour assurer sa montée en puissance, malgré les contraintes budgétaires.

Les représentants associatifs ont eu confirmation que le projet de loi sur l’économie sociale et solidaire comporterait une définition de la subvention, sans laquelle le rôle des associations tend à se réduire à celui de prestataires concurrents pour l’attribution de marchés publics. Ils ont promu les conventions pluriannuelles d’objectif comme instrument d’un partenariat plus respectueux et efficace, favorisant le développement d’activités durables. La nécessité de sécuriser le régime fiscal du don a également été rappelée.

La CPCA s’est exprimée sur les conséquences du Crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi (CICE) pour les associations. Elle a demandé que la loi de finances 2014 corrige les dispositions qui avantagent le secteur privé lucratif lorsqu’il vient concurrencer les activités associatives.

A l'écoute, le Président de la République a conclu l’entretien en donnant rendez-vous à la CPCA dans un an pour évaluer l’avancée des chantiers communs.